5 conseils pour réussir à parler à Dieu

Posté par  admin   à        jeudi, janvier 14, 2016     751 Views     Laisser vos impressions  

Parler à Dieu, cela n’est pas évident pour tout le monde. Pourtant c’est un exercice essentiel dans la vie de l’homme qui l’aidera à affronter bien des moments difficiles.Voici les conseils de Rabbénou pour avancer dans le domaine de la hidbodédout.

1 Savoir combien il est important de parler à Dieu

Rabbi Nahman a dit que la hitbodédout était au dessus de tout. En effet celui qui parle avec Dieu peut tout régler dans sa vie et atteindre tous les niveaux spirituels. Parler à Dieu n’est pas un luxe ou une option, c’est une nécessité pour tout celui qui veut progresser et sortir de ses mauvaises tendances. C’est aussi une voie royale pour s’assurer que ses prières seront acceptées étant donné que le mauvais penchant a du mal à empêcher un prière spontanée , venue directement de coeur de la personne, de monter vers Dieu.

Il faut garder à l’esprit que la hitbodédout n’est pas une pratique courante ni répandue aujourd’hui car elle s’est tout simplement perdue avec le temps. En réalité, c’est une pratique très ancienne et ancrée dans le judaïsme depuis nos pères Avraham, Itzhak et Yaakov puis ensuite Yossef Hatsadik, Moche Rabenou le roi David et son fils Chlomo qui furent à la base des bergers, qui, comme tout berger, faisaient paître leur troupeau dans la nature, ce qui les plaçait en permanence dans une situation idéale d’isolement pour pouvoir converser avec leur créateur.

Les plus grands tsadikim des dernières générations comme le Hafetz Haim ou Babé Salé pour ne citer qu’eux pratiquaient aussi la hitbodédout de façon quotidienne. Rabbi Nahman n’a fait que remettre au goût du jour ce format de prière, lui donner ses lettres de noblesse en montrant son aspect essentiel et incontournable dans la vie de tous les juifs qu’ils soient religieux ou moins religieux.

2 Étudier les enseignements de Rabbi Nahman sur la hitbodédout

 Il existe de nombreux enseignements dans le likuthé Moharane qui non seulement nous permettent de comprendre les différents aspects de la hitbodédout mais aussi de graver dans notre cœur son importance pour que à chaque jour nous trouvions en nous la force de la pratiquer en dépit des nombreux obstacles qui peuvent se dresser devant nous à chaque fois.

De nombreux autres livres Breslev comme l’Epanchement de l’âme (Ichtaprout hanefesh) Tsadik ( Haye moharan), Si’hot Haran, Likuté alakhot, abordent aussi le thème. Pour arriver à ancrer cette habitude vitale dans nos vie il est indispensable de lire et relire ces livres et bien sûr de prier pour mériter d’accomplir ce que nous avons étudié.

3 Choisir un bon endroit et un moment propice

Les moments les plus propices pour faire hitbodédout sont la nuit depuis la minuit jusqu’au lever du jour. Dans ces moments le coeur de l’Homme est ouvert car le monde est encore endormi et l’air pur. Ces moments de calme et de paisibilité favorisent l’isolement et la concentration indispensables au dialogue avec Dieu.

Les meilleurs endroits sont les lieux où aucune personne ne passe en journée, comme une forêt ou un désert. L’idéal est de sortir de la ville pour se rendre en milieu naturel car les plantes qui nous entourent à se moment, elles-mêmes , louent le créateur et créent autour de nous une dynamique favorable à notre propre prière.

Mais toute situation d’isolement comme se retrouver dans un petit parc, un jardin ou bien même dans une chambre chez nous convient aussi.

4 Petits conseils en vrac

 Parlez à Dieu dans votre langue maternelle et parlez-Lui comme à un ami, même si il est vrai qu’il sait tout, racontez-lui ce qui vous arrive, ce que vous ressentez, comment vous voyez les choses avec vos mots.

Si vous ne parvenez pas à parler, pas de soucis, ça fait partie de la hitbodédout. Patience les mots vont venir.

Même si vous répétez le même mot ou expression sans cesse c’est une bonne chose. Il arrivera certainement un moment où Dieu vous prendra en pitié et vous enverra plus de mots.

Commencez par dire merci sur tout le bien que Dieu vous prodigue cela vous aidera à positiver et trouver la joie, ce qui va vous ouvrir les portes de la prière.

Rabbi Nahman a dit qu’il fallait faire une heure d’hitbodédout par jour mais ceci est un objectif. Quelques minutes pour commencer sont suffisantes pour changer votre vie.

Dieu est bien là, Il vous écoute, Il a d’ailleurs tout arrêté pour venir vous écouter, n’en doutez pas un instant !

 5 Notre réussite dépend de Dieu

 Tous ceux qui ont multiplié les tentatives sans vraiment obtenir de résultats doivent garder à l’esprit que la réussite dans le domaine de la Hitbodédout comme celle dans tout autre domaine, dépend de Dieu. C’est pourquoi il faut dès le début de la hitbodédout ne pas hésiter à solliciter sa compassion et son aide et ce encore et encore, jour après jour jusqu’ à ce qu’il délie nos lèvres et que nous parvenions à déverser notre cœur devant lui et que les mots jaillissent comme l’eau d’une source.

Hitbodédout c’est notre vraie nature mais nous l’avons perdue. Si chaque jour on se lance et on insiste sans se décourager la hitbodédout s’installera dans notre journée comme un passage obligé, un besoin essentiel comme boire ou manger car en parlant à Dieu on éclaircit notre esprit, on se soulage de nos fautes, on reçoit des conseils et enfin on fait grandir notre Emouna.

L’apport de la hitbodédout dans la vie d’un juif est tellement grand que le mauvais penchant se déchaine pour nous faire abandonner et là Seul Dieu peut nous aider à déjouer ses stratagèmes.

Par Aharon Chetrit

 

A propos