Chavouot

Posté par  admin   à        mardi, mai 31, 2016     816 Views     Laisser vos impressions  

Recevoir un cadeau, un lien affectif 

Le jour de Chavouôt (6 Sivane), Israël a reçu la Torah, évènement sublime qui « officialisa » la création de ce monde, le faisant passer d’un état en puissance à un état effectif. Jusqu’alors, tout était suspendu et conditionné, l’Eternel béni-soit-Il voulait transmettre à Son Peuple la Sainte Torah, comme l’enseignent nos maîtres de mémoire bénie.

Mais cet évènement de « Don de la Torah » doit lui aussi atteindre un niveau d’état effectif, c’est-à-dire que l’individu devrait parvenir à recevoir la révélation de la Loi dans ses profondeurs; l’essentiel consistant à attirer à nous la lumière intime de notre Sainte Loi, pour mériter ainsi de l’accomplir dans son intégralité. Que chacun d’entre nous parvienne à déserter le mal pour le bien, s’élevant sans cesse vers de plus hauts niveaux.

Une volonté et un désir de kédoucha

Et pour le réaliser, il convient de briser nombre d’obstacles, ce que l’on obtient grâce à la volonté et la soif de sainteté.

Or, ce renforcement de volonté et cette espérance vers un bien véritable nous font cruellement défaut, lorsque l’on constate à quel point nous sommes loin, malgré tous nos efforts pour y revenir. Voilà pourquoi elles sont nombreuses les personnes qui abandonnent et délaissent jusqu’à la moindre volonté ou désir de faire le bien.

Mais lorsque l’homme se remémore les bontés divine à l’égard de Ses serviteurs, le mérite d’avoir reçu la Torah dans son intégralité, depuis « Béréchit » [Au commencement] jusqu’à « Lé’éné kol Israël » [aux yeux de tout Israël], les six traités de Michna, les deux Talmud, les Midrachim et autres œuvres de nos saints maîtres, et tous les ouvrages des Tsadikim [Justes] qui leur succèdèrent, au point d’avoir mérité de découvrir à notre époque des nouveautés et de fantastiques innovations en Torah; c’est cela qui devrait nous donner la force d’espérer en une totale délivrance, avec une force accrue. Alors, même vieillissant, nous garderons confiance en D.ieu, qui ne nous abandonne jamais, et réussissions à briser tous les obstacles, pour parvenir à notre finalité véritable, le but de tout juif en ce monde.

Un mérite illimité 

C’est pourquoi nous lisons, le soir de Chavouôt, le début et la fin de chaque section de notre Sainte Torah, de tous les livres du Tanakh et des michnayot; afin de glorifier l’Eternel béni-soit-Il, pour toutes les bontés et bien qu’Il nous a octroyé, le fait qu’Il nous ait révélé une Torah si merveilleuse, si douce – ce que symbolise les lectures de « début et de fin », le passage d’une existence en puissance et à celle effective.

Alors, nous pourrons espérer, de nos jours également, fortement vouloir et nous languir sans limite, pour mériter au lendemain, jour saint de Chavouôt, anniversaire du don de notre Sainte Torah, de la recevoir comme pour la première fois, promettant de l’accomplir désormais dans son intégralité, et d’accéder à des niveaux spirituels toujours plus élevés, comme il sied au peuple chéri de D.ieu (tiré de l’ouvrage Otsar haYirea – Péssa’h Ômer Chavouôt, paragraphe 107. Selon le Likoutey Halakhot – cachérisation des ustensiles – halakha 4, paragraphes 25-26).

 Meir Haddad     shabat.breslev@gmail.com 

A propos