La critique, un tue l’amour

Posté par  admin   à        dimanche, novembre 8, 2015     655 Views     Laisser vos impressions  

MEKOR HOKHMA
Perles de sagesse au féminin.
Selon les enseignements de Rabbi Nahman de Breslev

Leilouy Nishmat Zara bat Tourkia

La critique, un tue l’amour !

Sais-tu quelle est la meilleure solution pour briser quelqu’un? Le critiquer sans arrêt ! Au départ ce n’était pas ton but, car pour toi, tout partait d’un bon sentiment : tu voulais qu’il s’améliore, qu’il se transforme et qu’il devienne… Un autre en fait.

Ça ne marche pas comme ça : plus tu vas lui faire remarquer ses cotés négatifs, plus il va se braquer et se fermer. Nous les femmes, avons une fâcheuse tendance à penser que le mariage est synonyme d’éducation. Même l’éducation des enfants ne peut se concevoir par la critique, sauf si naturellement tu cherches à briser ton enfant.

Je vais te donner un exemple édifiant : lorsque le roi David trébucha avec Batcheva, Nathan le prophète alla le voir et lui raconta une métaphore afin de lui faire prendre conscience de la gravité de son acte. Une question se pose : pourquoi a-t-il utilisé une métaphore, pourquoi a-t-il « pris des pincettes » pour parler au roi David ? Un tsadik tel que David Hamelekh aurait probablement eu les forces pour accepter la critique ! Mais Nathan le prophète n’a pas voulu briser David.

Rabbi Akiva disait : « Je m’étonne si il y a une personne dans cette génération qui sache faire une remontrance comme il se doit ». Rabbi Nahman ajoute là-dessus : « Si à l’époque de Rabbi Akiva personne n’était capable de réprimander correctement (une personne) alors à plus forte raison dans notre génération ».

Nous pouvons ajouter en ce qui nous concerne, nous et la génération actuelle où les gens sont faibles intérieurement, déprimés et déphasés : combien doit-on faire attention à la sensibilité de son prochain ?! A plus forte raison de son mari !

Alors, quel est le secret pour faire passer un message ? Qu’il y ait quelque chose qui te dérange ou qui ne te plaise pas en lui est possible ; dans tous les cas n’oublie jamais que le mariage ce n’est pas de l’éducation !

La façon dont ton mari va prendre les choses dépendra du ton que tu vas employer pour lui parler et des mots utilisés : ils se doivent d’être constructifs et positifs. Ne cherche pas à répéter les mêmes mots que ta copine aurait eu avec son mari, ne calque jamais ta vie sur celle des autres : chaque foyer est différent et tu te dois de rester concentrée sur le tien.

Un homme qui est critiqué sans cesse, devient un homme brisé, cassé, qui n’a plus les forces pour avancer.

On apprend beaucoup de la conduite d’Adam envers Hava après sa faute. Avant la faute, il n’y avait aucun problème : tout lui était servi sur un plateau d’argent, les maladies et la mort n’existaient pas, le monde entier lui appartenait. En bref, il était le centre de la création, mais tout bascula très vite lorsque Hava mangea le fruit interdit. Maudits par Hachem, depuis, cette malédiction perdure et l’homme est obligé de travailler à la sueur de son front pour gagner sa vie. Les maladies et la mort feront ensuite leur apparition.

D’après toi, quelle aurait dû être la réaction d’Adam ? N’aurait-il pas dû s’énerver contre Hava, voire pire ?! Et pourtant ! La Torah nous donne une extraordinaire leçon de vie : Adam décida d’appeler Hava « la mère de tous les vivants »! « Vivants »?! Elle qui a amené la mort et la maladie dans le monde et qui a entrainé la malédiction éternelle de la parnassa ? Malgré tout, Adam n’a pas tenu compte de tout ça, le mal était déjà fait, c’était irréversible, alors à quoi bon lui en vouloir ? Prends exemple sur Adam : quand un mal est déjà fait, ne reviens jamais dessus !

Ne le critique pas, ne le rabaisse pas, ne lui fais pas de réflexions, cela montrera de ta part une étroitesse d’esprit. Saches que des enfants qui grandissent dans une maison où ils voient leur parent se déchirer du matin au soir, ou pire, s’ignorer, auront à leur tour beaucoup de mal dans leur vie future car ils n’auront jamais eu d’exemple de ce qu’est réellement le shalom bayit !

N’oublie pas une chose fondamentale : même si tu as essuyé des échecs, tu peux toujours remonter, ainsi que l’affirmait Rabbi Nahman : « Si tu crois que l’on peut détruire, crois fermement que l’on peut aussi réparer! ».

Yael Taieb

A propos