La joie dans le foyer, une garantie de paix.

Posté par  admin   à  ,       mercredi, novembre 8, 2017     806 Views     Laisser vos impressions  

-Quel parent ne rêve pas que sa demeure soit synonyme de havre de paix, de  sécurité, et de source de joies pour chacun des membres de la famille ? Quelle mère ne désire pas voir ses enfants s’empresser de rentrer à la maison, pour retrouver la chaleur familiale qu’ils apprécient tant ?

 -Comment y parvenir ?

 -Comment faire de nos foyers des « cocons » qui permettront à nos enfants de s’épanouir et d’avoir confiance en la vie, et en leur créateur? Des foyers dans lesquels chacun ressentirait de la plénitude et de la sérénité.

Voici 5 conseils pour obtenir des satisfactions dans ce domaine.

-Chercher les points positifs chez notre mari et chez nos enfants.

Nous devons toujours juger notre prochain favorablement. Il faut s’habituer à voir le positif chez l’autre. Cet exercice est également valable à l’intérieur de notre maison. Cela signifie de prendre le temps de regarder les attitudes de notre mari et de nos enfants et de relever ce qui est bien chez eux.

Et même quand ils ont un comportement négatif ou inadéquat à nos yeux, il faut se forcer à voir le bien qui est en eux.

Intégrer D’ dans notre quotidien (en cuisinant, avant de passer un coup de fil.. etc..)

La Thora nous dévoile que Yossef Hatsadik se comportait ainsi. En tant qu’homme à tout faire dans la maison de Potiphar, Yossef avait de nombreuses responsabilités. Malgré cela, il ne manquait pas de demander l’aide de D’ même dans les tâches les plus simples comme celle de préparer un thé. C’est une excellente habitude à adopter pour faire régner D’ dans notre foyer.

Être joyeux et créer des occasions de l’être :

Adopter des comportements nous amenant à éveiller  la joie, même quand celle-ci nous déserte: mettre de la musique, danser avec ses enfants, faire de l’humour. Nos sages insistent sur la force de l’action et ce qu’elle peut produire chez nous.

Apprendre à apprécier ce que nous possédons sans regarder la part du voisin

Un des grands dangers de notre société de consommation est que nous désirons toujours plus. Plus de biens matériels, plus d’argent, etc. Être heureux de ce que nous possédons, constater toutes les bontés que D’ nous a octroyées, sont les gages d’une vie plus heureuse.

-Remercier en toutes circonstances

Apprendre à vivre dans la gratitude. Bien sûr remercier D’, mais également tous les membres de sa famille. Cela permet d’instaurer un climat de confiance où chacun se sentira apprécié et valorisé.

Par Léa Bénaim

A propos