Le Baal Chem Tov refuse que son disciple parte en Israël…

Posté par  admin   à        mercredi, février 27, 2019     171 Views     Laisser vos impressions  

Rabbi Na’hman de Horondenka naquit en 1680. Il possédait des qualités exceptionnelles, et était un fidèle serviteur du Baal Chem Tov. Il était animé d’une crainte du ciel illimitée. Ce Tsadik aura le mérite quelques années plus tard, de devenir le grand-père de Rabbi Nahman de Breslev.

Dans cet extrait nous voyons l’amour profond que portait Rabbi Na’hman de Horondenka pour la Terre d’Erets Israël et sa kédoucha. Il suppliait son maître pour recevoir la bénédiction de partir. Il renouvelait ses demandes fréquemment auprès du Baal Chem Tov qui ne lui accordait toujours pas la permission de quitter son pays…

Pourquoi ces refus ? 

Rabbi Na’hman de Horondenka avait toujours ardemment désiré s’installer en Erets Israël, mais pour une raison inexplicable, son maître refusa de donner son accord. Il réitéra sa demande à plusieurs reprises mais elle fut toujours rejetée. Une fois, l’envie fut si grande que le Baal Chem Tov lui dit :

-Soit, si tu veux voyager, voyage ! Mais avant va au mikvé !

Il s’y précipita aussitôt, et se trempa à plusieurs reprises. En revenant, son maître demanda :

-Qu’as-tu vu à la première immersion?

-J’ai vu Erets Israël.

-Et à la deuxième ?

-J’ai vu Jérusalem !

-Et à la troisième ?

-J’ai vu le Parvis Saint !

-Et à la quatrième ?

-J’ai vu le Saint des Saints, mais le Tabernacle, je ne l’ai pas vu !

-Le Tabernacle, c’est Medjebouj, lui répliqua le Becht.

Il comprit que le moment n’était toujours pas venu de voyager. A la mort de son maître, il prit l’habitude d’aller sur son tombeau pour épancher longuement son âme. Il essaya plusieurs fois d’obtenir l’accord du défunt pour voyager. Mais pour des raisons secrètes, le Baal Chem Tov continuait à l’en dissuader.

Une fois, Rabbi Na’hman Horodenka partit se recueillir sur la tombe en compagnie de Rabbi Yossef de Kaminka, et le Becht lui donna son accord.

Fou de joie, celui-ci s’écria :

-J’ai reçu la permission de partir en Erets Israël…Je vais voyager en Erets Israël… Stupéfait, Rabbi Yossef demanda :

-« Où et comment t’a t’il parlé? ».

-« Tu ne l’as pas vu me parler? Le Becht se tenait debout devant moi ! » répondit étonné Rabbi Na’hman Horodenka qui pouvait par sa sainteté continuer  à parler à son maître comme de son vivant.

C’est donc à la fin de ses jours qu’il monta en Terre Sainte, après avoir marié son fils Sim’ha. Le 8 juillet 1764 il quitta sa ville, et parvint en Israël le 8 octobre 1764. Son bateau jeta l’ancre à Acco. Il ne devait pas y vivre plus d’un an. En effet, il mourut le Chabat 20 juin 1765 et fut enterré dans l’ancien cimetière de Tibériade.

Rabbi Pin’has de Koritz révéla que tant que Rabbi Na’hman Horodenka séjournait en Pologne, sa grande sainteté empêcha les cosaques d’entrer dans le pays. C’est lorsqu’il s’établit en Erets Israël que les cosaques perpétrèrent leurs massacres.

« Extrait du livre « Rabénou » écrit par Avraham Ghézy »

A propos